Catégories
Brave-new-world Desperation

RIP American Dream

Published in 2012, way before Donald’s Trump rise to power. Excerpt.

Many Americans no doubt still believe in the American dream. One wonders how long they can maintain that illusion, for America is transforming itself into one of the most unfair, most rigid, and least socially mobile of the industrialized countries. In the United States, parental income now has about a 50 percent weight in determining a child’s lifetime economic prospects. Germany, Sweden, and even class-ridden France are now fairer and more upwardly mobile societies than the United States—on average, parental incomes have only about a 30 percent weight in determining the next generation’s outcomes. The truly equitable, high-mobility societies are Canada, Norway, Denmark, and Finland, where parental income accounts for only about 20 percent of a child’s lifetime earnings. Even many “developing” nations, such as Taiwan and South Korea, now have levels of opportunity and fairness that exceed America’s. For example, someone born into a poor family in South Korea or Taiwan now has a much higher probability of graduating from high school, and exiting poverty, than someone born into a poor family in America. Many of these nations’ citizens also have longer life expectancies than Americans.

And now the day is past when even a college education in America is either financially available to everyone or a sure ticket to a good life. Technology, globalization, and corporate decisions have been compressing wages and outsourcing many white-collar jobs, much as they have been squeezing blue-collar employment. Now to make your way securely into the upper middle class, you need a degree from an elite institution and/or a graduate degree. And the students who can attend those elite schools come overwhelmingly from the wealthiest families in America. In fact, higher education of all kinds—college and graduate school, private and public, elite and average—has been getting sharply more expensive, and access to it sharply more unequal. With the squeeze on state and local government budgets, even state and community colleges are getting very expensive, so children from working-class or poor families must increasingly choose between not attending college or graduating with mountains of debt. As a result, American college graduation rates have stagnated, and now trail those of many other nations.

Now, having squandered trillions on mismanaged wars, tax cuts designed especially for the rich, a gigantic real estate bubble, and massive bailouts for its banks, the United States is confronting major fiscal problems. At the same time, America’s fundamental economic competitiveness has declined severely, as its physical infrastructure, broadband services, educational system, workforce skills, health care, and energy policies have failed to keep pace with the needs of an advanced economy. However, as we shall see later, this is not solely, or even primarily, a matter of money; it is a matter of policy and priorities. In some areas, insufficient government spending is indeed an issue. But in many areas, such as health care, the United States as a society is actually spending far more than other nations, without, however, obtaining the same results.

The principal reason for this is that politically powerful interest groups have been able to block reform: the financial services, energy, defense, telecommunications, pharmaceutical, and processed-food industries; the legal, accounting, and medical professions; and to a lesser extent, several unions—these and other groups, including, of course, lobbyists and politicians, have ferociously resisted efforts to improve America’s future at their expense.

Meanwhile, both political parties are ignoring, lying about, and/or exploiting the country’s very real economic, social, and educational problems. This process is starting to generate an additional danger: demagoguery. As America deteriorates, religious and political extremists are beginning to exploit the growing insecurity and discontent of the population. Thus far, this has principally taken the form of attacks on the federal government, taxes, and social spending. However, sometimes it is also taking more extreme forms: antiscientific fundamentalist Christianity; attacks on education, the teaching of evolution, vaccines, and scientific activity; and demonization of various groups such as immigrants, Muslims, and the poor.

Presiding over all this is an impressive, though utterly cynical, innovation on the part of American politicians: the political duopoly. Over the past quarter century, the leaders of both political parties have perfected a remarkable system for remaining in power while serving America’s new oligarchy. Both parties take in huge amounts of money, in many forms—campaign contributions, lobbying, revolving-door hiring, favors, and special access of various kinds. Politicians in both parties enrich themselves and betray the interests of the nation, including most of the people who vote for them. Yet both parties are still able to mobilize support because they skillfully exploit America’s cultural polarization. Republicans warn social conservatives about the dangers of secularism, taxes, abortion, welfare, gay marriage, gun control, and liberals. Democrats warn social liberals about the dangers of guns, pollution, global warming, making abortion illegal, and conservatives. Both parties make a public show of how bitter their conflicts are, and how dangerous it would be for the other party to achieve power, while both prostitute themselves to the financial sector, powerful industries, and the wealthy. Thus, the very intensity of the two parties’ differences on “values” issues enables them to collaborate when it comes to money.

Since the 2008 financial crisis, federal policy has subsidized banks and bankers enormously, while extending the Bush administration’s tax cuts for the wealthy. With their bonuses and their industry restored, the fake humility of the bankers who begged for federal assistance has now been forgotten. So, unfortunately, has the fact that when the banks were desperate and dependent in 2008 and 2009, the federal government had an unparalleled opportunity to finally bring them under control—an opportunity that both the Bush and Obama administrations completely wasted and ignored. These same bankers are now among the first to warn about federal deficits, to insist on more tax cuts to stay competitive, and to warn darkly that any further regulation will strangle the “innovation” that made them rich, even as it destroyed the world economy.

But they can be expected to behave that way. Over the last thirty years, the economic interests of the top 1 percent, who now control the country’s wealth, businesses, and politics, have diverged sharply from those of other Americans.

Catégories
Desperation

Dérapages

Quelques mauvaises idées d’articles, à ne pas rédiger…


In God we trust, et rappeler que l’actuelle devise officielle des États-Unis fut gravée dans la loi durant la parenthèse 1955-1957 quand le parti républicain se trouva simultanément au contrôle du sénat, de la chambre et de la maison blanche ; remplaçant celle choisie par le Great Seal committee en 1776, sur la suggestion du peintre Pierre-Eugène Ducimetière : E pluribus unum, de la diversité l’unité.

La période maccarthyste fut également l’occasion d’amender le serment l’allégeance au drapeau de 1892 : il fut lesté en 1953 par la mention « one nation, under God », désormais imposée aux écoliers enrôlés dans la résistance au communisme.

Plus récemment (2019) : le Kentucky et le Dakota du Sud ont passé des lois imposant l’affichage ostentatoire de la nouvelle devise dans les écoles et bus scolaires – voir la photo ci-dessus.

Curieusement la période actuelle est marquée à la fois par le déclin relatif de la religion aux États-Unis (25% des américains se déclarant sans religion) et par la très forte influence politique des chrétiens évangéliques, nouveaux croisés de l’Amérique conservatrice.

Catégories
Desperation

Césars

Florence Foresti
45ème cérémonie des Césars

Tribune de Virginie Despentes, romancière, dans Libération.

Je vais commencer comme ça : soyez rassurés, les puissants, les boss, les chefs, les gros bonnets : ça fait mal. On a beau le savoir, on a beau vous connaître, on a beau l’avoir pris des dizaines de fois votre gros pouvoir en travers de la gueule, ça fait toujours aussi mal. Tout ce week-end à vous écouter geindre et chialer, vous plaindre de ce qu’on vous oblige à passer vos lois à coups de 49.3 et qu’on ne vous laisse pas célébrer Polanski tranquilles et que ça vous gâche la fête mais derrière vos jérémiades, ne vous en faites pas : on vous entend jouir de ce que vous êtes les vrais patrons, les gros caïds, et le message passe cinq sur cinq : cette notion de consentement, vous ne comptez pas la laisser passer. Où serait le fun d’appartenir au clan des puissants s’il fallait tenir compte du consentement des dominés ? Et je ne suis certainement pas la seule à avoir envie de chialer de rage et d’impuissance depuis votre belle démonstration de force, certainement pas la seule à me sentir salie par le spectacle de votre orgie d’impunité.

Il n’y a rien de surprenant à ce que l’académie des césars élise Roman Polanski meilleur réalisateur de l’année 2020. C’est grotesque, c’est insultant, c’est ignoble, mais ce n’est pas surprenant. Quand tu confies un budget de plus de 25 millions à un mec pour faire un téléfilm, le message est dans le budget. Si la lutte contre la montée de l’antisémitisme intéressait le cinéma français, ça se verrait. Par contre, la voix des opprimés qui prennent en charge le récit de leur calvaire, on a compris que ça vous soûlait. Alors quand vous avez entendu parler de cette subtile comparaison entre la problématique d’un cinéaste chahuté par une centaine de féministes devant trois salles de cinéma et Dreyfus, victime de l’antisémitisme français de la fin du siècle dernier, vous avez sauté sur l’occasion. Vingt-cinq millions pour ce parallèle. Superbe. On applaudit les investisseurs, puisque pour rassembler un tel budget il a fallu que tout le monde joue le jeu : Gaumont Distribution, les crédits d’impôts, France 2, France 3, OCS, Canal +, la RAI… la main à la poche, et généreux, pour une fois. Vous serrez les rangs, vous défendez l’un des vôtres. Les plus puissants entendent défendre leurs prérogatives : ça fait partie de votre élégance, le viol est même ce qui fonde votre style. La loi vous couvre, les tribunaux sont votre domaine, les médias vous appartiennent. Et c’est exactement à cela que ça sert, la puissance de vos grosses fortunes : avoir le contrôle des corps déclarés subalternes. Les corps qui se taisent, qui ne racontent pas l’histoire de leur point de vue. Le temps est venu pour les plus riches de faire passer ce beau message : le respect qu’on leur doit s’étendra désormais jusqu’à leurs bites tachées du sang et de la merde des enfants qu’ils violent. Que ça soit à l’Assemblée nationale ou dans la culture – marre de se cacher, de simuler la gêne. Vous exigez le respect entier et constant. Ça vaut pour le viol, ça vaut pour les exactions de votre police, ça vaut pour les césars, ça vaut pour votre réforme des retraites. C’est votre politique : exiger le silence des victimes. Ça fait partie du territoire, et s’il faut nous transmettre le message par la terreur vous ne voyez pas où est le problème. Votre jouissance morbide, avant tout. Et vous ne tolérez autour de vous que les valets les plus dociles. Il n’y a rien de surprenant à ce que vous ayez couronné Polanski : c’est toujours l’argent qu’on célèbre, dans ces cérémonies, le cinéma on s’en fout. Le public on s’en fout. C’est votre propre puissance de frappe monétaire que vous venez aduler. C’est le gros budget que vous lui avez octroyé en signe de soutien que vous saluez – à travers lui c’est votre puissance qu’on doit respecter.

Il serait inutile et déplacé, dans un commentaire sur cette cérémonie, de séparer les corps de cis mecs aux corps de cis meufs. Je ne vois aucune différence de comportements. Il est entendu que les grands prix continuent d’être exclusivement le domaine des hommes, puisque le message de fond est : rien ne doit changer. Les choses sont très bien telles qu’elles sont. Quand Foresti se permet de quitter la fête et de se déclarer «écœurée», elle ne le fait pas en tant que meuf – elle le fait en tant qu’individu qui prend le risque de se mettre la profession à dos. Elle le fait en tant qu’individu qui n’est pas entièrement assujetti à l’industrie cinématographique, parce qu’elle sait que votre pouvoir n’ira pas jusqu’à vider ses salles. Elle est la seule à oser faire une blague sur l’éléphant au milieu de la pièce, tous les autres botteront en touche. Pas un mot sur Polanski, pas un mot sur Adèle Haenel. On dîne tous ensemble, dans ce milieu, on connaît les mots d’ordre : ça fait des mois que vous vous agacez de ce qu’une partie du public se fasse entendre et ça fait des mois que vous souffrez de ce qu’Adèle Haenel ait pris la parole pour raconter son histoire d’enfant actrice, de son point de vue.

Alors tous les corps assis ce soir-là dans la salle sont convoqués dans un seul but : vérifier le pouvoir absolu des puissants. Et les puissants aiment les violeurs. Enfin, ceux qui leur ressemblent, ceux qui sont puissants. On ne les aime pas malgré le viol et parce qu’ils ont du talent. On leur trouve du talent et du style parce qu’ils sont des violeurs. On les aime pour ça. Pour le courage qu’ils ont de réclamer la morbidité de leur plaisir, leur pulsion débile et systématique de destruction de l’autre, de destruction de tout ce qu’ils touchent en vérité. Votre plaisir réside dans la prédation, c’est votre seule compréhension du style. Vous savez très bien ce que vous faites quand vous défendez Polanski : vous exigez qu’on vous admire jusque dans votre délinquance. C’est cette exigence qui fait que lors de la cérémonie tous les corps sont soumis à une même loi du silence. On accuse le politiquement correct et les réseaux sociaux, comme si cette omerta datait d’hier et que c’était la faute des féministes mais ça fait des décennies que ça se goupille comme ça : pendant les cérémonies de cinéma français, on ne blague jamais avec la susceptibilité des patrons. Alors tout le monde se tait, tout le monde sourit. Si le violeur d’enfant c’était l’homme de ménage alors là pas de quartier : police, prison, déclarations tonitruantes, défense de la victime et condamnation générale. Mais si le violeur est un puissant : respect et solidarité. Ne jamais parler en public de ce qui se passe pendant les castings ni pendant les prépas ni sur les tournages ni pendant les promos. Ça se raconte, ça se sait. Tout le monde sait. C’est toujours la loi du silence qui prévaut. C’est au respect de cette consigne qu’on sélectionne les employés.

Et bien qu’on sache tout ça depuis des années, la vérité c’est qu’on est toujours surpris par l’outrecuidance du pouvoir. C’est ça qui est beau, finalement, c’est que ça marche à tous les coups, vos saletés. Ça reste humiliant de voir les participants se succéder au pupitre, que ce soit pour annoncer ou pour recevoir un prix. On s’identifie forcément – pas seulement moi qui fais partie de ce sérail mais n’importe qui regardant la cérémonie, on s’identifie et on est humilié par procuration. Tant de silence, tant de soumission, tant d’empressement dans la servitude. On se reconnaît. On a envie de crever. Parce qu’à la fin de l’exercice, on sait qu’on est tous les employés de ce grand merdier. On est humilié par procuration quand on les regarde se taire alors qu’ils savent que si Portrait de la jeune fille en feu ne reçoit aucun des grands prix de la fin, c’est uniquement parce qu’Adèle Haenel a parlé et qu’il s’agit de bien faire comprendre aux victimes qui pourraient avoir envie de raconter leur histoire qu’elles feraient bien de réfléchir avant de rompre la loi du silence. Humilié par procuration que vous ayez osé convoquer deux réalisatrices qui n’ont jamais reçu et ne recevront probablement jamais le prix de la meilleure réalisation pour remettre le prix à Roman fucking Polanski. Himself. Dans nos gueules. Vous n’avez décidément honte de rien. Vingt-cinq millions, c’est-à-dire plus de quatorze fois le budget des Misérables, et le mec n’est même pas foutu de classer son film dans le box-office des cinq films les plus vus dans l’année. Et vous le récompensez. Et vous savez très bien ce que vous faites – que l’humiliation subie par toute une partie du public qui a très bien compris le message s’étendra jusqu’au prix d’après, celui des Misérables, quand vous convoquez sur la scène les corps les plus vulnérables de la salle, ceux dont on sait qu’ils risquent leur peau au moindre contrôle de police, et que si ça manque de meufs parmi eux, on voit bien que ça ne manque pas d’intelligence et on sait qu’ils savent à quel point le lien est direct entre l’impunité du violeur célébré ce soir-là et la situation du quartier où ils vivent. Les réalisatrices qui décernent le prix de votre impunité, les réalisateurs dont le prix est taché par votre ignominie – même combat. Les uns les autres savent qu’en tant qu’employés de l’industrie du cinéma, s’ils veulent bosser demain, ils doivent se taire. Même pas une blague, même pas une vanne. Ça, c’est le spectacle des césars. Et les hasards du calendrier font que le message vaut sur tous les tableaux : trois mois de grève pour protester contre une réforme des retraites dont on ne veut pas et que vous allez faire passer en force. C’est le même message venu des mêmes milieux adressé au même peuple : «Ta gueule, tu la fermes, ton consentement tu te le carres dans ton cul, et tu souris quand tu me croises parce que je suis puissant, parce que j’ai toute la thune, parce que c’est moi le boss.»

Alors quand Adèle Haenel s’est levée, c’était le sacrilège en marche. Une employée récidiviste, qui ne se force pas à sourire quand on l’éclabousse en public, qui ne se force pas à applaudir au spectacle de sa propre humiliation. Adèle se lève comme elle s’est déjà levée pour dire voilà comment je la vois votre histoire du réalisateur et son actrice adolescente, voilà comment je l’ai vécue, voilà comment je la porte, voilà comment ça me colle à la peau. Parce que vous pouvez nous la décliner sur tous les tons, votre imbécillité de séparation entre l’homme et l’artiste – toutes les victimes de viol d’artistes savent qu’il n’y a pas de division miraculeuse entre le corps violé et le corps créateur. On trimballe ce qu’on est et c’est tout. Venez m’expliquer comment je devrais m’y prendre pour laisser la fille violée devant la porte de mon bureau avant de me mettre à écrire, bande de bouffons.

Adèle se lève et elle se casse. Ce soir du 28 février on n’a pas appris grand-chose qu’on ignorait sur la belle industrie du cinéma français par contre on a appris comment ça se porte, la robe de soirée. A la guerrière. Comme on marche sur des talons hauts : comme si on allait démolir le bâtiment entier, comment on avance le dos droit et la nuque raidie de colère et les épaules ouvertes. La plus belle image en quarante-cinq ans de cérémonie – Adèle Haenel quand elle descend les escaliers pour sortir et qu’elle vous applaudit et désormais on sait comment ça marche, quelqu’un qui se casse et vous dit merde. Je donne 80% de ma bibliothèque féministe pour cette image-là. Cette leçon-là. Adèle je sais pas si je te male gaze ou si je te female gaze mais je te love gaze en boucle sur mon téléphone pour cette sortie-là. Ton corps, tes yeux, ton dos, ta voix, tes gestes tout disait : oui on est les connasses, on est les humiliées, oui on n’a qu’à fermer nos gueules et manger vos coups, vous êtes les boss, vous avez le pouvoir et l’arrogance qui va avec mais on ne restera pas assis sans rien dire. Vous n’aurez pas notre respect. On se casse. Faites vos conneries entre vous. Célébrez-vous, humiliez-vous les uns les autres tuez, violez, exploitez, défoncez tout ce qui vous passe sous la main. On se lève et on se casse. C’est probablement une image annonciatrice des jours à venir. La différence ne se situe pas entre les hommes et les femmes, mais entre dominés et dominants, entre ceux qui entendent confisquer la narration et imposer leurs décisions et ceux qui vont se lever et se casser en gueulant. C’est la seule réponse possible à vos politiques. Quand ça ne va pas, quand ça va trop loin ; on se lève on se casse et on gueule et on vous insulte et même si on est ceux d’en bas, même si on le prend pleine face votre pouvoir de merde, on vous méprise on vous dégueule. Nous n’avons aucun respect pour votre mascarade de respectabilité. Votre monde est dégueulasse. Votre amour du plus fort est morbide. Votre puissance est une puissance sinistre. Vous êtes une bande d’imbéciles funestes. Le monde que vous avez créé pour régner dessus comme des minables est irrespirable. On se lève et on se casse. C’est terminé. On se lève. On se casse. On gueule. On vous emmerde.

Catégories
Desperation

Gilets jaunes

À mes amis qui pensent que les gilets jaunes…

  • c’est des abrutis qui savent pas c’qu’i-veulent,
  • qui brûlent des voitures,
  • qui ont bénéficié d’une couverture médiatique bienveillante,
  • qui f’raient mieux d’changer d’trottoir pour trouver du boulot,

je propose quelques pointeurs afin qu’ils puissent s’informer :

Et rappelons-nous que l’élément déclencheur de la colère fut la décision d’augmenter la taxe sur le carburant (7 centimes par litre pour le gasoil et 4 centimes pour l’essence), pour un rendement estimé à 4,5 milliards d’euros par an, par coïncidence équivalent au manque à gagner pour l’État suite à la suppression de l’impôt sur la fortune et à la réduction de la flat tax.

Mépris pour les « gens qui ne sont rien ».

Catégories
Desperation

American traitors

Soldier Chelsea Manning exposed a few United States war crimes.

NSA analyst Edward Snowden exposed the extent of mass surveillance by the United States.

Catégories
Desperation

American heroes

President Ronald « African monkeys » Reagan (1971).

President Donald « Grab them by the pussy » Trump (2005).